Adejoke Taiwo, chef du département des costumes et de l'habillage de la section 212, partage son parcours avec l'IATSE et parle de la diversité et de l'inclusion au Canada.

Local 212 Costume and Wardrobe Dept Head, Adejoke Taiwo

"J'ai toujours été intéressé par les vêtements et la mode depuis l'âge de six ans", déclare Adejoke Taiwo, chef du département des costumes et de la garde-robe et membre de la section 212. "La mère de mon père était couturière, et c'est donc à l'âge de six ans que j'ai manifesté mon intérêt pour ce métier. Mes parents ont décidé de m'inscrire à des cours de couture et j'ai suivi ces cours tout au long de mon adolescence."

Taiwo dit qu'elle voulait étudier la mode à Toronto, mais ses parents ne voulaient pas qu'elle soit trop loin de chez elle. " Il y avait un programme de costume au Red Deer College, un collège local près de chez moi. Je me suis donc inscrite et j'ai étudié la coupe et la construction de costumes pour le théâtre pendant deux ans ", dit-elle. "Après avoir obtenu mon diplôme en 2003, je suis retournée à Calgary et j'ai trouvé un emploi au théâtre local, au Theatre Calgary et au Banff Centre et je suis devenue un permis IATSE dans le caucus du théâtre."

Taiwo s'est finalement installée à Toronto en 2004, où elle a obtenu un baccalauréat en design de l'Université Ryerson et a commencé à travailler activement dans l'industrie de la mode. Cependant, à la suite d'une malheureuse blessure à la jambe, elle est restée paralysée un peu plus d'un an plus tard. Sans famille à Toronto, Adejoke est retournée dans sa maison familiale à Calgary et s'est concentrée sur sa santé et son chemin vers la guérison.

Pendant son séjour à Calgary, Mme Adejoke raconte qu'elle a rencontré un vieil ami qui lui a suggéré de retourner au Theatre Calgary et au Banff Centre et de recommencer à travailler dans le théâtre et le cinéma. Après y avoir réfléchi, Taiwo dit qu'elle a commencé à faire le travail de base et, grâce à ses années d'expérience, en 2010, elle travaillait systématiquement comme costumière dans le cinéma. En 2011, elle est devenue officiellement membre de l'IATSE.

Au fil des ans, Adejoke a travaillé comme concepteur de costumes de films à Calgary et à Vancouver. Taiwo a travaillé sur de nombreux projets tels que Tribal, Tin Star Season 2 Chad, et ILand. Selon elle, bien que le Canada n'aime pas reconnaître l'existence du racisme dans son pays, le manque de diversité et d'inclusion dans la société n'est pas un problème. Le manque de diversité et d'inclusion a laissé de nombreux talents canadiens BIPOC, à l'écran et en dehors, se sentir rejetés.

"J'ai remarqué qu'au cours des deux dernières années, le talent pour la diversité à l'écran et hors de l'écran s'est amélioré aux États-Unis, mais que le même effort et la même pression tardent à se refléter dans les productions canadiennes", a-t-elle ajouté. "Il y a un grand nombre de costumiers et de concepteurs noirs au Canada, mais il n'y en a aucun à Calgary. En tant que chef de département, je le remarque davantage. Je suis plus consciente de ma présence, de la couleur de ma peau et de ce que les gens pensent de moi parce qu'ils ne s'attendent pas à ce que je sois à la tête d'un département."

Mme Adejoke explique qu'il arrive souvent que ses assistants remarquent ou portent à son attention un traitement injuste ou des suppositions qu'elle n'avait pas remarquées au départ. "En tant que consommateur, vous devez faire beaucoup d'achats au détail. Souvent, mon assistant remarquera qu'un vendeur nous observe de près pendant que nous faisons nos achats ou, lorsque je vais chercher mon indemnité journalière, les comptables demanderont à mon assistant comment je préférerais être payée, même si je me tiens juste là", dit-elle. "Je pense que c'est parce qu'ils supposent qu'une femme noire ne pourrait pas être chef de service".

Adejoke dit qu'elle espère que le fait de partager son histoire encouragera ses sœurs et frères IA de toutes races et origines à ne pas avoir peur de se remettre en question. "Ne vous contentez pas de vous dire que vous n'avez pas de préjugés, car parfois nous avons tous un préjugé inconscient", a-t-elle ajouté. "Nous faisons tous des erreurs, mais nous devons réfléchir à nos actions et nous concentrer sur les étapes vers un changement mesurable". L'AI a déjà fait le premier pas en partageant les histoires de ses membres BIPOC pour s'assurer que Motion Picture entendra nos histoires et continuera à amplifier nos voix."

PARTAGER SUR
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Courriel :
Partager sur print
Imprimer
PARTAGEZ VOTRE HISTOIRE

Seuls les membres de l'IATSE titulaires d'une carte complète peuvent participer à notre programme d'histoires de membres. En soumettant ce formulaire, vous acceptez de vous conformer aux conditions suivantespolitique de confidentialité.

Copyright 2021 IATSE. Tous droits réservés.

Français du Canada